Get Adobe Flash player

L’équilibre chrétien

Parfois, les chrétiens évangéliques ne sont pas compris dans leur démarche de foi. Ils étonnent parce qu’ils parlent de choses surnaturelles, et les vivent. Cet article se propose d’exposer notre position d’équilibre entre la dimension surnaturelle de la foi chrétienne, et la pratique concrète d’une vie bien ancrée sur la terre.

Le croyant est un être équilibré : il en va de la gloire de Dieu et du témoignage efficace. Le déséquilibre dans la vie chrétienne nuit au témoignage et peut conduire à bien des déboires : ce n’est pas la gloire de Dieu.

Dans le domaine de la vie de l’Esprit, l’équilibre se situe a plusieurs niveaux : vie intérieure/manifestations extérieures, salut/service, sainteté/puissance, fruit/dons.

1. Équilibre vie intérieure/ manifestations extérieures

Le témoignage, la prise de parole au nom du Seigneur, les actions concrètes, tout cela est voulu de Dieu. Nous ne sommes pas des chrétiens béats et inactifs.

Mais l’équilibre spirituel veut que ces choses traduisent une vraie vie intérieure nourrie de l’Esprit.

Suivons le cheminement de cette vie intérieure qui se construit

D’abord, Dieu nous convainc de péché, et nous conduit à une réelle conversion : Jn 16 :8-11 Quand le Saint-Esprit sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché…

Actes 3:19 « Repentez-vous-donc, et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés. »

Ce n’est qu’au travers d’une expérience de conversion conduite par l’Esprit que tout peut commencer. De quoi la Bible parle-t-ele quand elle emploie les mots « repentance » et « conversion » ? Il s’agit de changer radicalement, au plus profond de soi. Il ne s’agit pas d’accepter une nouvelle religion, mais de comprendre que la seule voie pour être agréable à Dieu est de suivre une personne, Jésus : il a donné sa vie à cause de notre péché et il est ressuscité, gage de sa victoire et de la nôtre.

la conversion ainsi envisagée engage tout une vie :on ne naît pas chrétien, on le devient par une réelle conversion.

Il nous régénère et crée en nous une nouvelle vie.

Jean 3 :5 « Si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. »

La vie chrétienne est une vie nouvelle, communiquée par l’Esprit de Dieu : une nouvelle naissance en quelque sorte !

Il nous baptise de l’Esprit :

Matthieu « 3:11 Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu. »

Le baptême du Saint-Esprit consiste à être vraiment visité, rempli du Saint-Esprit. Cela va au-delà de la nouvelle naissance et s’accompagne de manifestations extérieures, notamment le parler en langues.

Alors, et alors seulement, la vie extérieure peut se déployer :

Jésus confie une grande mission : aller par le monde pour annoncer la Bonne Nouvelle. Il promet pour ce faire la présence du Saint-Esprit.

Actes 1 :8 « Vous recevrez une puissance survenant sur vous et vous serez mes témoins. »

Ainsi, nous comprenons que la vie chrétienne extérieure, qui se voit, n’a de réalité que comme expression de cette vie intérieure, éternelle, qui s’est développée.

2. Équilibre salut personnel/service

La vie intérieure a quelque chose d’essentiellement personnel. Mais elle ouvre la voie au don de soi, au service.

La mer Morte reçoit les eaux du Jourdain, mais elle ne donne rien. Elle ne fait que recevoir… et voilà pourquoi elle est morte et porte ce nom. Il n’y a aucune vie en elle : ni plante, ni poisson.

Convertis pour servir

1Thessalonicien 1 :9-10 « Vous vous êtes convertis à Dieu pour servir le Dieu vivant et vrai. »

La conversion s’accompagne d’une vision renouvelée des choses, elle ouvre vers l’autre :

Romain 15 : 2 « Que chacun de nous complaise au prochain pour ce qui est bien en vue de l’édification. »

Le service a trois directions :

vers Dieu : honorer Dieu par la louange et la prière

vers le monde : proclamer l’Évangile

vers l’Église : travailler à sa croissance

3. Équilibre sainteté/puissance

L’Esprit nous apprend à vivre des choses nouvelles.

Romain 8 : 9 « Vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’Esprit. »

La chair, c’est le fruit du péché développé dans l’homme naturel. Il ne s’agit pas ici des rapports homme/femme, mais de la vieille nature, de la nature de l’homme polluée par le péché depuis sa naissance et dont il doit être délivré par la puissance de Dieu. La vie de l’Esprit nous entraîne dans une direction toute nouvelle.

La sanctification

Hébreux 12 : 14 « Recherchez la sanctification sans laquelle nul ne verra le Seigneur. »

La sanctification fait partie du plan de Dieu pour notre salut. Le salut ne peut aller sans la sanctification. La sanctification, c’est la mise à part de ce monde pervers et perdu, c’est le rétablissement par l’Esprit de l’image de Dieu que l’homme avait reçue lors de la création, et que le péché avait piétinée. Le chrétien est appelé à toujours plus ressembler à son Dieu au travers de la sanctification.

Elle est donnée, dans son principe, comme une grâce instantanée lors de la nouvelle naissance, et elle se développe dans la réalité d’une vie qui avance avec Dieu.

2Thessalonicien 2 : 13 « Dieu vous a choisi pour le salut par la sanctification de l’Esprit. »

Pour être utile, il faut donc marcher dans la pureté :

2 Timothée 2 :20-21. « Si quelqu’un se conserve pur, il sera un vase d’honneur utile à son maître, propre à toute bonne œuvre. »

Dieu veut des vases propres et purs, c’est la première préparation pour le service.

Que Dieu nous aide à être toujours plus de tels vases !

mais pour servir Dieu, il faut aussi être revêtu de puissance, il faut être spirituellement armé. Les combats que nous menons sont en effet de nature spirituelle.

Ephésiens 6 :12 « Nous avons à lutter contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres. »

Paul a servi Dieu par la puissance du Saint-Esprit et ainsi le royaume de Dieu a triomphé.

Romains 15 :18-19 « …Pour amener les païens à l’obéissance, par la parole et par les actes, par la puissance des miracles et des prodiges, par la puissance de l’Esprit de Dieu. »

Le Saint-Esprit nous revêt de puissance pour nous stimuler à servir Dieu et à être efficaces. Cette puissance n’est jamais donnée pour notre propre gloire ou pour le côté spectaculaire que malheureusement nous sommes parfois tentés de rechercher. Des choses extraordinaires se passent là où l’Évangile agit vraiment, mais ce n’est pas l’extraordinaire en soi que nous recherchons, c’est le service de Dieu pour sa gloire.

Actes 4 :31 « Ils furent remplis du Saint Esprit et ils annonçaient la Parole de Dieu avec assurance. »

4. Équilibre dons de l’Esprit/fruit de l’Esprit

Ce que sont les dons spirituels

Les dons du Saint-Esprit sont pour l’utilité commune dans l’Eglise (1Cor 12 :7).

Ces dons sont des capacités surnaturelles données par Dieu à son Église. Seuls les chrétiens en bénéficient authentiquement.

Ces dons spirituels sont complémentaires de tous les dons naturels que les uns et les autres ont reçu du Seigneur, et qui doivent aussi être utilisés pour sa gloire.

Ainsi, chacun a reçu un don, une grâce et il doit la mettre à la disposition des autres :

1 Pierre 4 :10 « Que chacun de vous mette au service des autres le don qu’il a reçu. »

Nous avons parlé du baptême du Saint-Esprit. Il nous est donné en vue du service. Il fait de nous des témoins, jusqu’aux extrémités de la terre (Actes 1:8). Les dons de l’Esprit, selon 1Cor 12 :8 à 10, entraînent encore plus loin que le baptême du saint-Esprit dans une dimension surnaturelle.

Le fruit de l’Esprit

Les dons spirituels sont accompagnés du fruit de l’Esprit (Gal 5 : 22). Il s’agit des qualités de coeur que Dieu veut développer en nous. Le fruit qui mûrit dans le temps, donné par l’Esprit au travers de la pratique de la vie chrétienne équilibrée.

A quoi servirait-il de prétendre avoir une révélation prophétique, si notre coeur est sans amour ? En termes bibliques, les dons sans le fruit ne sont rien (1Co 13/1 à 3).

Un jour, l’Église naissante a élu Étienne homme plein de foi et d’Esprit Saint… pour servir aux tables ! (Actes 6 :5). Mais Étienne a aussi pris part à la prédication de l’Évangile.

5. Conclusion

Pour être équilibrée et le rester, notre vie doit avoir ces deux dimensions : communion/sanctification d’un côté, service/puissance de l’autre.

L’Église, comme le croyant, avancera si elle sait veiller sur la vie intérieure des siens, et si elle sait rendre un témoignage efficace, par l’action du Saint-Esprit.

Message du pasteur D. Taillifet

Referencement gratuit Google